Pour ceux qui sont anciens Mormons, ce qui a déclenché votre deconversion?

Je ne cherche pas pour obtenir la liste des motifs ou de comprendre le processus qui vous a conduit hors de l’église. Je suis plus intéressé par le catalyseur, l’événement initial ou l’expérience qui a déclenché tes doutes. Je voudrais aussi savoir si cela a lancé un processus qui a mené à deconversion ou si c’était tout à la fois

Réponse

Si j’avais à épingler le catalyseur à un moment précis, je dirais que c’est au cours de la formation à la MTC où les missionnaires se préparent à aller dans le champ.

Un des autres gars là j’avais pris en amitié m’a tiré côté après l’un des dévotions avec une assez vive préoccupation. Il a remarqué que, comme conférenciers ont partagé leurs histoires inspirantes et spirituelles que la grande majorité des personnes présentes réagirait très émotif, beaucoup d'entre eux au point de pleurer ouvertement. C’était, comme le disent les Mormons, censé pour être une manifestation de « sentir l’esprit. »

Il confia en moi qui, au cours de la dévotion, il ne pleure pas. Il ne se sentait pas l’envie de pleurer et, en fait, ne se sentait pas particulièrement ému à l’émotion par les histoires qui avaient été partagées. Il était très préoccupé que cela signifiait qu’il était en quelque sorte déconnecté du Saint-Esprit, que peut-être quelque péché ancien qu’il avait oublié et jamais repenti de bloquait lui de canaliser ces moments spirituels.

Je lui ai dit qu’il était absurde. Vous n’avait à pleurer pour être une bonne personne. Il semblait accepter cela assez bien, mais toute chose m’a fait penser : j’avais aussi été un des rares yeux sec lors de la réunion.

Qui coincé avec moi, et quand je suis sorti pour effectuer un travail missionnaire, j’ai remarqué qu’il me semblait ne pas obtenir ces sens de « sentir l’esprit. » Autres missionnaires parlerais obtenant une inspiration divine qui abrite à visiter, ou être surmontées à l’esprit lorsqu’ils partagent leur témoignage avec convertis potentiels. Pour moi, c’était très monotone. Je n’ai pas des éclairs d’inspiration me guider vers une maison plutôt qu’un autre. Je me sentais comme si j’étais juste réciter un script maintes et maintes fois. Je ne me sentais pas déplacé.

Ce qui ne paraît pas moi a été une réalisation : un défi, nous avons publié régulièrement aux convertis était à prier et à demander à Dieu pour la confirmation que ce que nous avons été la prédication était vrai. Ils aiment à appeler le défi « Promesse de Moroni », après le prophète qui l’a censément délivrée. Directement à partir de leurs écrits :

Et lorsque vous recevrez ces choses, je vous exhorterais qu’ye demande Dieu, le Père Éternel, au nom du Christ, si ces choses ne sont pas vraies ; et si vous demanderez d’un cœur sincère, avec une intention réelle, ayant foi dans le Christ, il manifestera la vérité de lui à toi, par la puissance du Saint-Esprit.

Nous avons demandé aux enquêteurs de faire ça tout le temps, mais pas une seule fois dans ma vie d’adulte j’ai jamais lui avais donné un essai. Ce soir-là, que je lui ai donné un essai - lire mes Écritures comme un bon garçon Mormon, descendit sur mes genoux et j’a demandé mon manifestation de la vérité.

Je n’ai rien.

Je n’abandonne pas. J’ai essayé à nouveau. Pas tous les jours. Hebdomadaire, peut-être, pendant un certain temps. Ils décrivent la « réponse » dans toutes sortes de manières différentes - une brûlure dans ton sein, un picotement dans votre colonne vertébrale, un sentiment de paix, une petite voix dans votre esprit et ainsi de suite. J’ai eu des grillons.

Pendant des mois.

Quand je suis rentré, j’ai pensé à ce moment, quand mon ami a avoué sur ne sent rien lors de ces réunions et le silence radio, que j’ai eu tous ces mois, alors que j’étais à effectuer le travail missionnaire. Que de quand il m’est apparu que peut-être il n’était pas rien dans un premier temps.


Tags: Religion, Culture mormone, Ex-Mormons