Taux d’intérêt négatifs ne sont possibles qu’après un crash économique? Cela peut-être jamais une politique volontariste?

Il ne serait pas nécessairement un krach économique. Mais tenir compte des conditions dans lesquelles une banque centrale mettrait en œuvre des taux d’intérêt négatifs. Il faudrait que toutes les conditions suivantes :

  • Croissance atone ou contraction même économique
  • Très faible taux d’inflation ou de déflation même
  • Tentatives d’aborder ces questions avec des outils plus classiques, notamment la baisse des taux d’intérêt (même à zéro) et puis relâchement
  • Refus par les gouvernements concernés à mettre en œuvre des mesures de relance budgétaire (c'est-à-dire supplémentaire déficit budgétaire pour relancer l’économie)

C’est généralement une combinaison qui seulement serait pas vu après un crash, pas après une récession ordinaire. Toutefois, dans une situation comme nous l’avons maintenant, où les taux d’intérêt sont déjà très faibles et la croissance économique est toujours très lente, une récession pourrait potentiellement nous a mis dans un scénario où INEP (politique de taux d’intérêt négatif) devrait être sérieusement envisagée. Ce serait encore INEP après un accident, mais plusieurs années après l’accident et avec une récupération intermédiaire (quoiqu’un anémique).


Tags: Economie, Taux d’intérêt, Proactive, Économie de la vie quotidienne Finances