Pourquoi Anurag Kashyap a dit « Kammattipadam » est l’un du meilleur gangster films réalisés en Inde? Ce film est bon?

Réponse

Kammatipadam est un film sur le grain et la fraternité, et qui montre aussi les oubliés de l’histoire des Dalits dans Ernakulam(Kerala). Deccan Chronicle et premier Post même loué comment le film voler en éclats tous les stéréotypes de la caste & teint.

Ernakulam était une petite ville, et Pendant le premier gouvernement communiste de EMS Namboodiripad en 1957, petites parcelles de terres agricoles ont été donnés à toute communauté de paysans sans terre, principalement à la communauté Dalit, selon la Loi sur l’ordonnance des réformes agraires. Mais suite à la Libéralisation économique de 1991, Kochi a explosé dans une ville métro et immobiliers ont monté en flèche. Le gouvernement mis en place une plus grande autorité de développement de Cochin, qui a permis le boom immobilier, tout en les rizières ont été converti en planches de logements, les appartements et les villas de luxe. Le film montre comment les Dalits ont été contraints de vendre leurs terres à la mafia de l’immobilier.

Il est l’histoire d’un garçon de la classe moyenne Ezhava nommé Krishna (Dulquer), qui a grandi dans les rizières de Kammatipadam avec son meilleur ami Ganga (mustefa) et son frère voyou Balan (Mathon), qui eux des mentors dans une vie de crime et de violence. Krishnan est aussi amoureuse de cousin de Ganga, une fille de peau sombre collègue, Anita.

C’est un film de 3 heures au rythme, lent et on a besoin de patience et passion pour regarder un film comme Kammatipaadam. La lenteur vous fait partie de l’histoire. Il y a beaucoup de coeur capturer des scènes comme point culminant lorsque Krishna compare les enfants du Kammatipadam que street-dogs, chiens errants qui collent même dans la mort. Rajeev Ravi a écrit l’article paru dans « Deshabhimani » quelques jours il y a et m’a dit que le mot « Pulayan » n’était pas autorisé à être utilisé une seule fois dans le film par la Commission de censure.

Et la chanson Para Para a la sensation d’une musique de transe. Film Malayalam est lentement et régulièrement remontant vers la génération deuxième dorée. Les personnages de Balan et Ganga hantera tout amateur de film sérieux pendant des mois. Le film explore les royaumes plus sombres de la société à son propre rythme. Les grandes villes se construits sur le sang des plus défavorisés. Ernakulam et Kochi a sa part d’histoires d’horreur.

Vu le film deux fois, et à mon humble avis il faut regarder pour tous les amateurs de film sérieux.

Indian Express examen : Dulquer Salmaan brille dans une coupe brute et réaliste dans l’histoire brutalement enterré des Dalits

അക്കാണും മാമലയൊന്നും നമ്മടതല്ലെൻ മകനേ!!!
ഇക്കായൽ കയവും കരയും ആരുടേയുമല്ലെൻ മകനേ!!!


Tags: Inde, Recommandations de film, Films, Films de Bollywood, Bollywood, Kerala (Inde), Cinéma malayalam, Cinéma indien